Mon histoire

DES FORCES SPÉCIALES AU COACHING PROFESSIONNEL, UN PARCOURS ATYPIQUE

Un parcours pour devenir leader

 

Mon histoire est celle d’un enfant ordinaire au parcours extraordinaire.

Enfant malade, j’ai grandi dans les Hautes-Alpes, à Briançon, au cœur d’un environnement grandiose, propice à la liberté.
Souffrant de frustrations liées à la maladie et du sentiment de manque de reconnaissance, j’ai choisi, à l’âge de 9 ans, de changer radicalement ma vie. J’ai décidé de guérir par mes propres moyens, à l’insu des adultes, croyant, alors, que mes choix pourraient être mortels.

Au bout de 2 à 3 ans, les symptômes de la maladie ayant disparus, de nouveaux horizons se sont ouverts à moi. J’avais vaincu la maladie par la seule force de ma volonté ! Peu importe que ce soit vrai ou non, cette foi est devenue mon guide : je réaliserai mes rêves !
A corps perdu, je me suis lancé dans le sport, remportant par la suite divers titres en arts martiaux et en sports de combat, devenant également moniteur de ski et de kayak.

Je ne crois plus au hasard, sinon je dirais que c’est lui qui m’a fait découvrir l’armée, au moment de mon appel sous les drapeaux en tant qu’aspirant. Je ne souhaitais pas faire carrière dans l’armée, mais l’occasion qui m’a été offerte de découvrir ce corps hors norme qu’est la Légion étrangère, a permis d’épancher ma soif d’aventure et de dépassement de soi.

Je deviendrai par la suite officier d’active, conduisant de nombreuses missions opérationnelles, où j’ apprendrai beaucoup sur la vie et sur moi.

Viendra plus tard le Service Action de la DGSE, en dépit de l’opposition initiale de ma hiérarchie. Depuis longtemps, ma volonté m’avait habitué à pousser toutes les portes, y compris celles qui semblaient se fermer devant moi.

Après 8 années de vie clandestine, je rejoindrai les Forces Spéciales. Là encore, il m’aura fallu forcer le destin, qui me conduira, début novembre 2001, à la tête du premier détachement de commandos français en Afghanistan. 5 années exaltantes, à diriger des hommes sur de très nombreux théâtres d’opérations extérieures. J’y renforcerai progressivement mon expérience de « team leader » et finirai par être affublé du surnom de « Baraka » par les hommes qui ont servi avec moi.

Durant ces 18 années militaires tournées vers l’action, j’ai appris énormément, sur moi, sur les autres et sur la puissance du collectif. J’ai découvert combien nos croyances peuvent être stimulantes ou limitantes. J’ai connu la peur, le doute, la reconnaissance ; j’ai eu plusieurs fois un genou à terre mais j’ai compris à quel point mon regard, sur moi et sur la situation, conditionnait le résultat de mes actions.

Le 2 janvier 2005, je faisais mes « premières armes » en entreprise, en rejoignant le Comité de Direction du groupe Monoprix. Une expérience poursuivie 5 ans plus tard (et après un Executive MBA à HEC) au groupe Chèque Déjeuner (devenu Up), en tant que Directeur général adjoint international. J’y rencontrerai des équipes extraordinaires, avec lesquelles nous aurons de belles victoires (parts de marché en hausse, innovations, équipes remotivées), et aussi des déceptions, comme la fermeture du marché en Hongrie. Sur le plan personnel, je deviendrai papa d’un petit garçon. Après ma fille, je devenais l’heureux papa de 2 merveilleux enfants.

Enfin, c’est dans l’entreprenariat que j’ai ressenti en 2012 l’appel vers une nouvelle aventure, avec la conviction que mon parcours de vie me permettait désormais de faire la synthèse de mes expériences précédentes pour aider les entreprises à mieux performer, en s’appuyant sur leur capital humain.
Mon cabinet de coaching professionnel et d’accompagnement est né de cette volonté, me donnant également l’occasion de partager mon expérience à travers conférences et formations de leaders.
Quant à ma pratique, elle est influencée par ma formation de praticien certifié de la relation d’aide centrée sur la personne (ACP Carl Rogers) et par mon expérience de l’agilité et de la performance collective.

On me demande régulièrement si je ne trouve pas mon métier d’accompagnateur bien fade, par rapport à mon passé militaire.
Fade ? Vraiment, non ! Je me lève chaque matin rempli de passion et d’énergie, sachant pourquoi je fais ce métier. Cela n’a pas de prix, à mes yeux !

Et les nombreux témoignages que je reçois régulièrement me touchent et me poussent à poursuivre et à élargir progressivement mon champ d’action.

 

↓