Mettre le cœur en action, une leçon de l’appel du 18 juin

De Gaulle, une personnalité inspirante

18 juin 2020

Mettre le cœur en action, une leçon de l’appel du 18 juin

En ce jour de commémoration de l’appel du 18 juin 1940, me vient un sentiment de gratitude envers nos aînés de la France libre et, bien sûr, le général De Gaulle.

Sans ses mots, les actes qui ont conduit à la libération de la France, cinq ans après, auraient-ils été posés ? Mais l’homme de Londres ne s’est pas payé de mots. Il s’est d’abord laissé inspirer par un souffle puissant, qui lui a permis, illustre inconnu isolé, d’être entendu par tous ceux qui refusaient l’inacceptable. Avec une foi vibrante il a écouté ce que son cœur lui dictait, et après avoir posé une parole forte, il n’a eu de cesse de la mettre en acte, en dépit des nombreux obstacles. L’action non guidée par le cœur est, le plus souvent, inadaptée. Et l’inspiration non mise en action demeure vaine. C’est ce lien entre inspiration, parole et action, que j’ai eu envie de relever, à l’occasion de cette commémoration.

Le temps d’une prise de conscience

La pandémie de Coronavirus qui a affecté le monde entier a sonné comme un réveil douloureux après une ivresse prolongée.
Nous avons vécu depuis trop longtemps dans l’excès de consommation et de production de biens jetables, parfois inutiles, souvent néfastes. Par ce rappel à l’ordre, la planète nous offre l’opportunité d’ouvrir notre regard et de changer ce qui le demande désormais avec force. Comme la cigale de La Fontaine, nous avons cru pouvoir vivre chacun sans nous soucier du lendemain, accaparés par la recherche de satisfaction de nos envies. Nous avons accumulé les biens jusqu’à ne plus savoir où les ranger ; pour regarder nos séries et échanger des textos, nous avons rempli le ciel de satellites et recouvert nos toits d’antennes dont les effets du rayonnement ne sont pas encore clairement identifiés ; nous avons disserté sur l’écologie tout en continuant de déforester l’Amazonie et de polluer les océans ; nous avons manifesté pour sauver l’emploi en France et renouvelé tous les ans nos baskets fabriquées par des enfants en Asie. Nous avons voyagé aux quatre coins du monde, pour nos loisirs et pour produire, vendre, acheter, toujours plus.
Et ce virus a tout stoppé. Production, transport, consommation. Nous avons redécouvert des choses toutes simples, nous avons été surpris de voir la nature aussi belle, et l’air des villes plus respirable. La plupart d’entre nous avons entendu ce message : il est temps de revenir à la sobriété et au sens. Car, quel est le sens d’une humanité qui détruit le monde dans lequel elle vit ? Si l’on y réfléchit bien, c’est tout simplement le suicide. Or, tel n’est évidemment pas ce que nous voulons, en conscience.
Le temps est donc venu de prendre conscience de ce que nous faisons, de ne plus vivre en nous bouchant les yeux, les oreilles, le nez. Le monde de demain sera ce que nous en ferons, individuellement et collectivement.

Se laisser inspirer et mettre le cœur en action

Je ne veux pas m’étendre sur la commémoration de l’Appel du 18 juin 1940, sur laquelle beaucoup auront déjà écrit et dit. Mais je saisis cette occasion pour rappeler combien une action, même individuelle, peut contribuer à changer le monde.
Après la défaite militaire de juin 1940, les Français sont en état de choc. Le gouvernement est à terre, les pauvres gens sur les routes et l’armée française en pleine débâcle. Au milieu de ce chaos, une conscience s’est ouverte, une voix s’est élevée. Plutôt que de succomber au drame collectif, ce jeune général, alors presque inconnu, a pris le destin de la France en main. Se laissant inspirer par un souffle puissant et porter par sa foi en la justesse de son action, il a offert au monde une parole forte et alignée. C’est sans doute cela qui aura inspiré d’autres personnes à tout quitter pour rejoindre les rangs de ceux qui choisiraient d’être des hommes et des femmes debout, en dépit des risques et des sacrifices personnels.
Faire preuve de courage c’est agir avec cœur, mettre le cœur en action. C’est donc, d’abord, se laisser inspirer par le bon sens du cœur et non par sa tête. C’est ensuite joindre le geste à la parole, pour donner corps aux mots, afin de ne pas rester dans la déclaration d’intention. C’est cela qui permet un changement aligné sur le sens.

Voici arrivée l’heure d’agir

Combien d’articles ont été écrits sur l’après-pandémie, au cours du confinement ? Combien d’heures d’antenne pour expliquer qu’il y aurait le monde d’avant et le monde d’après ?
Nous voici donc dans l’après. Nous avons eu le temps des prises de conscience et de la réflexion, nous voilà entrés dans le temps de l’action. Car nous sommes désormais suffisamment avertis sur le fait qu’il ne suffit pas d’en parler pour que les choses changent.
Pourtant capable de rancunes tenaces, l’homme a souvent la mémoire courte lorsqu’il s’agit de ses propres erreurs : il tombe, se blesse, puis oublie quand il n’a plus mal. C’est bien sûr une force, qui lui permet de repartir après s’être relevé. Mais cela devient une faiblesse, lorsque l’oubli des enseignements du passé le conduit à reproduire inlassablement les mêmes erreurs.
Bien sûr, le monde doit reprendre sa marche, mais dans un élan conscient des changements qui s’imposent désormais à nous, et que nous avons trop longtemps repoussés. Nous ne devons pas attendre d’avoir oublié les leçons de cette crise si nous voulons réellement changer ce qui doit l’être. Après avoir tiré les enseignements de la défaite française de 1940, De Gaulle avait organisé l’action autour de la finalité qu’il s’était fixée : libérer la France de l’occupation militaire allemande. C’est cet alignement sur le sens, et la cohérence entre la parole et l’action, qui ont donné à beaucoup le courage de se dresser. C’est aussi cette somme d’actions individuelles qui a donné sa force à la dynamique engagée.
Nous devons recommencer à vivre, mais nous ne pouvons pas oublier ce que nous venons de traverser. Il y a donc une vraie nécessité de changer, et cela commence par chacun, dans nos vies privées, personnelles. Dans ce monde devenu village planétaire interconnecté, que fais-je, moi, pour éviter que la situation empire, pour contribuer aux nécessaires changements ?

« Soyez le changement que vous voulez voir dans ce monde ». Cette citation de Gandhi nous rappelle combien il est illusoire et confortable d’attendre que le changement advienne par les autres. Oui, il importe de repenser l’économie, l’écologie, l’éducation, l’accès aux soins et aux ressources naturelles dans le monde. Mais cela commence d’abord par chacun, citoyen du monde et donc co-créateur d’un avenir choisi ou subi. Produire, consommer, voyager, vivre différemment dépend d’abord de chacun d’entre nous.

Comme l’a fait un certain général, au matin du 18 juin 1940, nous pouvons refuser ce qui semble une fatalité. Nous pouvons dire oui à un autre monde. Pas un oui qui ne viendrait que des lèvres, mais un oui qui procède du cœur et oriente l’action. C’est l’alignement entre l’inspiration, la parole et l’action qui donne sa puissance à une idée. Alors, puisque le temps d’après, c’est maintenant, le moment est venu de mettre le cœur en action pour réenchanter le monde. De cela, nous serons fiers et heureux demain.

↓